Dans cet article vous allez apprendre une étude de cas qui vous permettra de faire la différence entre un business sûr et une activité risquée. Entre un business dont vous êtes à 100% au contrôle et un business dont vous avez remis les clés à quelqu’un d’autre. Nous allons voir que l’indépendance financière prend racine dans notre organisation financière et non le simple fait de créer un simple business.

J’ai récemment conseillé un ami qui a créé un jeu de société. Je suis fan de ce jeu. 🙂

Il voulait « faire faire » son jeu par un éditeur dont c’est le métier au lieu de prendre en main lui même l’édition de A à Z…

Attention, je ne suis pas là pour juger. Cet article est purement informatif. Je vous donne aussi quelques chiffres (approximatifs) pour avoir quelques ordres de grandeurs. L’indépendance financière ne se résume pas forcément à gagner des millions tout de suite. Mais plutôt le genre de système financier que vous allez mettre en place dès le départ.

L’histoire de départ

Il y a quelques mois mon ami et sa compagne avaient décidé de partir en randonnée. C’était avant qu’ils n’aient leur petite fille. Bien avant l’idée de faire du business avec un jeu de société…

La compagne de mon ami voulait absolument avoir un jeu de société pour jouer le soir à la lumière du feu. Ce jour-là, ils avaient prévu de camper avant de rentrer le lendemain. Pressé (ou en retard ?) mon ami a « oublié » le fameux jeu. Lorsqu’il s’en est rendu compte c’était trop tard hélas… Vous imaginez son désarroi quand il s’est aperçu qu’il l’avait oublié ! Surtout que sa compagne a un sacré caractère 🙂

Du coup mon ami a remué ciel et montagne (c’est le cas de le dire) pour inventer un jeu de remplacement. Et, avec quelques bouts de papier et des dés, ils ont pu jouer le soir auprès du feu à ce fameux jeu de société.

Aujourd’hui ce jeu de société est édité et se vend dans tout le sud de la France. C’est une belle réussite puisque c’est un jeu sur le Canal du Midi 🙂

Indépendance financière : l’étude de cas

Pour créer un jeu de société de A à Z (comme pour tout produit) il faut :

  1. de l’imagination
  2. une logique « jeu »
  3. un marché pour le vendre (un réseau de distribution)
  4. un bon marketing
  5. des connaissances en législation
  6. beaucoup d’huile de coude… 😉

Pour commencer vous vous doutez bien qu’en tant que créateur d’un jeu on réunis rarement toutes ces qualités. On a donc besoin : soit de se former au reste, soit de bien s’entourer… et le cas échéant d’être bien conseillé.

Ensuite la plupart des gens se concentrent exclusivement sur la création du produit. Puis ils  font réaliser le reste par des éditeurs dont c’est le métier. Le problème dans tout ça c’est qu’un éditeur va vous prendre 95% de vos profits. Et il vous laisse des miettes. J’ai donc réalisé une étude de cas pour que cet exemple soit plus parlant.

 

Indépendance financière, cas numéro 1 : tout faire soi-même

Tout d’abord si mon ami avait dû tout réaliser lui-même, il aurait dû passer beaucoup de temps et d’énergie à chaque étape de production.

D’un point de vu temps, son activité aurait été très chronophage. Donc peu rentable en terme de temps libre. MAIS il aurait appris, et c’est là la qualité première des entrepreneurs : apprendre. Si vous voulez lancer votre activité vous devez être prêt à apprendre. Vous devez être prêt à travailler gratuitement. Oui, sans contrepartie financière au début.

Avantages

  • Vous développez une expertise que vous seul maîtrisez.
  • Vous vous entourez d’une équipe qui travaillera sur d’autres projets avec vous dans un futur proche
  • L’intégralité des revenus vous reviennent de plein droit. En effet, vous n’avez pas de contrat signé avec d’autres « associés » avec qui partager vos bénéfices…

Inconvénients

  • Vous devez trouver des stratégies pour définir un produit minimum viable. Ce qui vous permettra de continuer à vendre afin de continuer l’aventure
  • Vous perdez du temps sur des domaines que vous maîtrisez mal

Quelques chiffres

Dans ce cas précis mon ami aurait gagné 100% de ses revenus dans sa poche. Sachant que son jeu se vend autour de 20 euros pièce, qu’il fait 50% de profit dessus et qu’il en vend 500 unités la première année, mon ami aurait gagné en moyenne 5000€ pour lui la première année. (Chiffres approximatifs).

Ce qu’il faut retenir de cette solution

En choisissant cette solution vous allez accroître considérablement vos compétences. Vous allez aussi apprendre à déléguer aux BONNES personnes et les faire travailler pour vous.

Mon ami avait la structure et le fonctionnement du jeu. Ce qui lui manquait c’était de vraies cartes à jouer et des illustrations. Il a donc publié une annonce afin de proposer une rémunération au pourcentage sur les futures ventes de son jeu à l’illustratrice ou l’illustrateur qui accepterait de travailler avec lui. Mon ami a pu ainsi choisir le style entre plusieurs artistes et aujourd’hui le rendu est vraiment top.

En faisant tout lui-même et en déléguant le reste, il aurait dégagé un profit. Ensuite ce profit lui aurait permis de rester en affaire. Ce qui lui aurait permis et de lancer un nouveau jeu et d’augmenter ses revenus. Il aurait pu ensuite vivre confortablement de ces revenus confortables par la suite. On obtient donc obtenu une « indépendance financière » relative en faisant de cette façon. Mais une indépendance réelle !

Indépendance financière, cas numéro 2 : se faire éditer et passer par un professionnel

Se faire éditer représente des avantages certains pour les artistes et créateurs. En revanche il ne permet pas d’avoir le contrôle à 100% sur son business et de pouvoir vivre de son activité.

Avantages

  • Vous n’avez rien à faire. Sauf vous concentrer sur la création de votre produit.
  • Un éditeur se charge de distribuer votre produit. Gros avantage car accès à son réseau.

Inconvénients

  • Vous touchez un revenu faible. Cela ne vous permet pas d’en vivre. Souvent (pour ceux qui souhaitent en vivre) vous devenez dépendant d’un éditeur avec qui vous signez un contrat et pour lequel vous devez travailler. Pas terrible en terme financier. C’est un peu le principe des artistes de musiques qui signent des gros contrats avec des maisons de disque.

Les chiffres

Dans ce cas-là l’éditeur a pris 97% de marge. Mon ami a donc « gagné » 150€ sur les 5000€ de ventes

Conclusion

Pour conclure, l’indépendance financière relève du système financier que vous mettez tn place.

Si vous voulez vous lancer en affaire, monter un business ou vendre votre propre produit, il vous faut avoir à l’esprit que vous devez générer du profit. Cela dans le but de pérenniser votre activité et pouvoir espérer un jour en vivre. C’est ce qui différencie ceux qui deviennent indépendant financièrement de ceux qui travaillent pour quelqu’un d’autre au final. En effet, reverser l’intégralité de ses revenus à quelqu’un d’autre revient presque à travailler pour lui.

Pour la petite histoire mon ami a eu un bébé avec sa compagne. C’est cette raison qui fait qu’il n’a pas pu consacrer d’avantage de temps à l’élaboration de son jeu de société.

Un autre moyen de devenir indépendant financièrement est d’investir en bourse. Mais il faut éviter l’erreur du débutant. Du moins pouvoir la contrôler.

Personnellement je trouve que les éditeurs prennent de grosses marges. Mais c’est vrai que parfois on ne peut pas tout faire tout seul. Peut-être peut-on trouver un éditeur moins gourmand en cherchant d’avantage ? 

PS : un bon moyen savoir où va son argent est de lire le Vermminem(lien affilié), la Bible de la finance d’entreprise !

CHAQUE LUNDI, un podcast GRATUIT pour améliorer

vos finances, vos relations et vos performances !

Chaque semaine recevez le dernier podcast directement dans votre boîte mail 

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

No votes yet.
Please wait...